Imprimer

En d'autre temps et sous d'autres cieux, la carrière d'Oberkampf aurait sans aucun doute explosé. Mais en ce début des années 80, qui plus est à Paris, les riffs rageurs et emportés du punk-rock n'intéressent plus grand monde...ou pas encore ! :)

Punk un jour, punk toujours !

A l'origine en 1978  ,Pat Kebra monte un groupe avec un pote de lycée (Serge Ployaert ) ,un batteur recruté dans Best (Dominik) et un chanteur trouvé au Gibus (Jérôme Thaillade) ,le club Punk de Paris .Ils trainent au Bataclan où ont lieu les 1ers concerts Punks qui est à côté de la station de métro OBERKAMPF .Jérôme ,le chanteur de l'époque a l'idée de nommer le groupe OBERKAMPF CONTINGENT ;ils reprennent des chansons des Clash ,des Ramones et des Heartbreakers et ont aussi une dizaine de compos comme Maximum ,Rien à foutre ,pas de Drogue ,Enculé ,Récupération,Agressivité  etc..Le chanteur après quelques concerts chaotiques bien punks ,au gibus notamment et en MJC ,préfère partir et le groupe reste 3 mois sans chanteur. Pat Kebra fait la connaissance au Gibus de Joël qui les avait vu en concert et avait envie de chanter dans un groupe comme celui là  ,le lendemain l'audition a lieu et ensemble ils  baptisent le groupe OBERKAMPF très rapidement avec une croix sur le O enréférence aux Who!

 Tout de suite  la volonté d'écrire en français sembla naturelle et un répertoire d'une dizaine de morceaux permit à Oberkampf de faire des concerts dans les endroits réservés à son public. Concerts pirates dans les clubs punk de l'époque ou ailleurs…. Tout cela donna très vite à Oberkampf  un following comme on appelle ça et une réputation entourée de brumes et de légende. Pour beaucoup de gens se déplacer à un concert d' Oberkampf signifiait " risque d'être chahuté ".

Après plusieurs changement de bassistes , Joe Hell et Pat Kebra rencontrent Buck Dali et continuent ensemble leur danse infernale.

Début 81, grâce à la rencontre d'un homme que l'on pourrait qualifier de " mécène " Oberkampf enregistra son 1er maxi 45 t avec quatre titres et un instrumental : couleurs sur Paris, Poupée de cire,  Maximum  et Tout ce fric, le tout bâclé par un son urgent et primaire. Epuisé, il le restera un an, le maxi devint un collector.

 
  Début 82, attiré par le potentiel d'un hymne comme " Couleurs sur Paris ", Alexis manager de Taxi-Girl et gérant de la société " Mankin Record " proposa à Oberkampf l'enregistrement de ce titre dans de meilleures conditions. L'offre paraissant honnete, Oberkampf accepta. Ce n'est qu'après la sortie du disque qu' Oberkampf commença à regretter.  L'image du groupe souffre d'un manque de sérieux dans les promesses dudit Alexis, la pochette aseptisée ainsi que les pubs ridicules mirent une tension entre les deux camps. Très vite, Oberkampf refusa de continuer et préféra la solitude à la sécurité ravageuse d'un label de variété.

Début 83, un hasard se produisit. Vinyl, journal gratuit distribuait à l'époque des disques souples. Pierre Thiolet directeur de ce journal voulu mettre l'accent sur la Marseillaise qu' Oberkampf massacrait à plaisir. Un disque souple ainsi qu'un interview virulente qui pendait Mr Alexis et ses méthodes haut et court fut distribué pendant le Midem 83 de Cannes. L'interview qui finissait par " fuck the bizness ", scandalisa ces messieurs et enflamma les rapports entre Alexis et Oberkampf  et y mit fin pour de bon avec la destruction des disques restant en stock !

Un passage télévisé aux enfants du rock fut censuré et permit  à Oberkampf de " renouer avec sa jeune légende ".
L'interview permit aux studio WW de penser à monter un label, c'est pourquoi  ils proposèrent au groupe d'enregistrer un 45t : Linda qui sortit en avril 83. En parallèle, le 1er maxi 45t ressortait prouvant à Mr Alexis qu' Oberkampf pouvait se passer de lui.

Malheureusement, Vinyl traversait de graves difficultés financières, et le quarante cinq tours souple de la Marseillaise ne fut  pas envoyé à tous les gens qui  l'avaient commandé.    Oberkampf en envoya quelques uns mais décida finalement de sortir une nouvelle version sur maxi 45t. La rencontre avec RicardO d'Afrique donne une face B lancinante et tribale : Yovoa

Juillet 83, le 1er 33t était prévu pour la rentrée et l'enregistrement pour Août 83. Oberkampf et les studios WW décidèrent de la faire au studio Garage.

WW se bloqua et renonça au projet une quinzaine de jours avant l'enregistrement. Oberkampf mit alors toute son énergie au combat qu'était désormais d'enregistrer ces dix titres qu'ils traînaient maintenant comme un fardeau… Le studio Garage remplace WW et " Plein les Couilles " sortit comme prévu en novembre 83.

Oberkampf était désormais producteur et assuma sa tâche  jusqu'au bout. Une bonne publicité fut faite accompagnée de nombreuses chroniques. Oberkampf organise une quarantaine de concert en France, mais aussi en  Belgique, en Allemagne et en Suisse.

En juin 83, à la veille d'une tournée qui devait promotionner Linda et la Marseillaise, Oberkampf se sépare de Moko, le batteur de l'époque et eut la chance de rencontrer Ballat qui arrivait de Fumel, région Bordelaise, et qui assimila le répertoire en une semaine ! C'est donc ce nouveau batteur qui enregistra P.L.C.

 L'année 84 donna naissance à de nouveaux morceaux qui figureront sur le prochain 33t prévu pour fin 84 et qui permit à Oberkampf de renforcer sa volonté d'exister sans concessions et ainsi de s'entourer de gens beaucoup plus concernés par la démarche d'un groupe qui lutte tous les jours pour survivre. L'association L'Ame créée fin 83 à dotée le groupe d'une structure qui lui permet de gérer ses disques et d'organiser ses concerts et sa promotion.
Oberkampf - 1984
 Un dessin animé fut réalisé sur un titre de P.L.C. : Fais attention et sortira en novembre 84 sur les écrans et aussi en salle de cinéma. En Mars 1985, sort "Cris sans thèmes". Le groupe met fin à sa carrière.
Tous les membres partent vers des horizons différents.